Voyager engagé : la solidarité sous les semelles

12 juillet 2013 14 h 32 min1 commentaire

Qui n’a jamais rêvé d’un voyage au long cours ? Arpenter les rues du monde, admirer des paysages insolites et rencontrer des visages de tous horizons. A côté des départs à visée sportive ou culturelle de plus en plus de voyages à l’étranger veillent à concilier découverte et utilité sociale. Entre idéal et pieds sur terre, zoom sur deux tours du monde à haute valeur ajoutée humaine.

La foi en la paix

Interfaith-Tour

© Interfaith Tour

Ils sont cinq. Une fine équipe de jeunes Français partis début juillet en tour du monde du dialogue interreligieux. Audacieux. L’Interfaith Tour réunit un chrétien, une juive, un musulman, un athé et un agnostique.  Les cinq compères aspirent à dépasser leur identité religieuse personnelle pour faire vivre un esprit commun. « Il ne s’agit pas de parvenir à un accord sur ce en quoi nous croyons, explique Samuel Grzybowski, mais plutôt de partager la même foi en la paix ». Avec un brin de folie et un désir de sortir des clichés médiatiques, ils vont pendant un an rencontrer des acteurs de terrain qui œuvrent ensemble au dialogue interreligieux.

Pour les membres de l’association Coexister à l’origine du projet, le constat d’une vie moderne cloisonnée méritait de franchir les frontières. Se déplacer permet de se familiariser avec de nouveaux modes d’action, de les mettre en valeur et d’en faire des sources d’inspiration. Reliant des hauts lieux spirituels tels qu’Israël, la Palestine, l’Inde ou encore les Etats-Unis, le roadtrip Interfaith veut tisser un réseau d’acteurs de la coexistence religieuse pacifique.

A leur retour en France en juillet 2014,  les jeunes voyageurs sillonneront l’Hexagone pour parler de leur aventure via une exposition ambulante. Fini les voyages qui prennent fin au dernier atterrissage. Ici, le périple se poursuit dans la transmission et le partage d’expériences.

Micros au long cours

Pour Karine Levy-Heidmann et Adèle Galey, actuellement aux Philippines dans le cadre de leur Sparktour, c’est en mettant en relation journalistes et entrepreneurs sociaux que leur périple au long cours prend un sens. « On cherche à donner de la visibilité à des projets d’avenir en rencontrant des acteurs locaux du changement ». Une fois les initiatives porteuses de solutions identifiées elles les relayent dans les médias. Dernièrement elles ont communiqué autour des Hapinoy, ces centres de formation des femmes tenant les sari-sari, petites épiceries omniprésentes à Manille qui génèrent des revenus utiles à la communauté.

« Parler des solutions innovantes et durables aux problématiques actuelles c’est leur permettre de se développer et d’être dupliquées dans le monde entier afin de promouvoir un nouveau modèle de société » souligne Adèle Galey, ancienne chef de projet sur Sparknews.

Pérenniser le voyage

Le Sparktour rejoint l’Interfaith Tour dans sa vocation à être reconduit. Ces explorateurs pionniers entendent une fois rentrés passer le flambeau à d’autres aventuriers solidaires. Objectif : imprimer le changement dans la durée. Allier voyage et impact social est une aspiration qui va grandissante tant et si bien qu’une plateforme de voyage engagé a vu le jour. Son nom, Travel with a mission. La communauté rassemble des anciens et futurs voyageurs responsables en quête de partage d’expériences, et conseils pratiques. TWAM participera d’ailleurs au cocktail « Voyager autrement » organisé le 23 juillet prochain en compagnie de Spark Tour et Destination Changemakers.

Estelle Grenon

Tags:

1 commentaire

  • Bravo Estelle pour cet article qui nous prouve que s’ouvrir aux autres dans leurs différences et dans leurs croyances enrichit la vie et apporte la paix.
    Soleil au coeur ! Claire

Répondre