Redistribuer les invendus non alimentaires des entreprises

29 mars 2013 13 h 59 minDéposez le 1er commentaire

Chaque année en France 400 millions d’euros de produits non alimentaires invendus sont détruits alors qu’on dénombre près de 9 millions de personnes pauvres. L’Agence du Don en Nature collecte ces invendus auprès d’entreprises pour les donner aux associations. En 4 ans, 22 millions d’euros de produits ont été redistribués. L’objectif est désormais d’atteindre la barre des 100 millions en 2015 en élargissant le réseau des entreprises partenaires. Lumière sur ce projet encore méconnu à l’occasion de la première Semaine du don en nature. 

Passerelle de redistribution

Tous les ans, 400 millions d’euros de produits non alimentaires sont détruits en France. Produits d’hygiène, d’habillement, de cuisine ou encore matériel scolaire, au total ce sont 75 millions de biens invendus qui pourraient profiter aAgence du Don en Natureux 13% de personnes pauvres de l’Hexagone. C’est dans cet esprit que l’Agence du Don en Nature (ADN) a vu le jour en 2009. Son modèle est simple : collecter les invendus des entreprises, les stocker puis les redistribuer aux associations de son réseau.

Avec 80 entreprises et 360 associations partenaires, ADN joue ainsi un rôle de passerelle entre le monde lucratif et l’univers caritatif au service de la lutte contre le gaspillage et la pauvreté. En 4 ans, l’agence a redistribué pas moins de 22 millions d’euros de produits. Soit 5,5 millions d’euros par an, environ 1% du volume annuel d’invendus. La marge de progression est donc énorme.

100 millions d’euros en 2015

Désireuse d’étendre son action, ADN s’est fixé un objectif : multiplier par 5 le volume des dons réalisés à ce jour afin d’atteindre les 100 millions d’euros en 2015. Et pour résoudre cette équation, l’agence aspire à augmenter le nombre d’entreprises partenaires du réseau, lequel est à l’heure actuelle essentiellement composé de grandes compagnies. L’enjeu est donc désormais de convaincre les ETI et PME car seules 13% de ces dernières donnent leurs invendus selon une étude de janvier 2013.

Dans cette tâche, l’agence pourra compter sur l’action de ses ambassadeurs bénévoles qui, par plusieurs centaines, sensibilisent au quotidien les entreprises dans les différentes régions de France. L’intérêt pour elles est triple : éviter les coûts de stockage, défiscaliser ce type de dons et renforcer leur démarche RSE en mobilisant leurs collaborateurs autour d’une cause fédératrice.

Nicolas Blain

Le détail en images avec ce reportage d’Arte de 2011

Tags: