Na-Nose : le nez électronique qui détecte les cancers

24 mars 2014 13 h 10 min1 commentaire

Un nez électronique révolutionnaire baptisé « Na-Nose » permet de détecter en quelques secondes plusieurs formes de cancers à partir de l’haleine humaine. Inspiré du flaire du chien, l’outil est capable d’identifier les maladies à leur stade précoce, de quoi augmenter considérablement les chances de guérison.

Na-Nose

© Arte

Une révolution se profile en matière de détection du cancer. Hossam Haick, chercheur à l’institut du Technion en Israël a mis au point un nez électronique baptisé « Na-Nose ». L’engin est capable de diagnostiquer immédiatement le cancer à partir de la seule haleine de l’être humain.

95% d’efficacité

Le concept est simple. A l’image d’un alcootest, il suffit de souffler dans un tube au bout duquel est greffée une poche qui se remplit en une fraction de seconde. Les 1000 molécules contenues dans l’haleine humaine ainsi capturées sont directement analysées par le Na-Nose et ses microcapteurs. Si parmi ces molécules, les biomarqueurs d’une maladie ressortent, l’appareil l’indiquera instantanément.

Testé sur près de 4000 patients dans 22 hôpitaux à travers le monde, le Na-Nose se révèle efficace à 95%. Capable de détecter différentes formes de cancers comme celui du sein, du côlon, des poumons ou de la prostate, il peut également identifier les prémices de maladies neurodégénératives comme Alzheimer, Parkinson, ou encore la sclérose en plaques.

Détection précoce

Ce nez surpuissant est le fruit du biomimétisme. Le professeur arabe israélien explique s’être directement inspiré de l’extraordinaire flaire du chien.  « En voyant que les chiens arrivaient à renifler certaines maladies, je me suis demandé pourquoi je ne pourrai pas recréer cela de façon électronique », indique Hossam Haick qui travaille sur la technologie depuis 2007.

En cours de développement commercial, le Na-Nose pourrait être mis sur le marché d’ici 2020, passé les autorisations des autorités sanitaires. Plus rapide dans la détection, le Na-Nose offrira de meilleures chances de guérison pour les patients. Il leur permettra également d’éviter les traitements lourds et longs tels que la chimiothérapie.

Démocratiser le diagnostic

Autre avantage, le nez électronique démocratisera l’accès au diagnostic. Plus besoin d’attendre de passer des examens d’imagerie médicale sur des machines coûteuses (scanner, IRM…) et parfois éloignées de son domicile, il suffira de se rendre chez son médecin pour effectuer le test. Les praticiens devraient pouvoir se le procurer pour 7,5 euros.

A plus long terme, les créateurs du Na-Nose espèrent même pouvoir proposer la technologie sur smartphones et tablettes pour permettre à chacun de réaliser le test chez soi. Les résultats seraient alors être directement envoyés au médecin traitant pour analyse.

Nicolas Blain – @Nicolas_Blain

Plus de détails en images dans ce reportage signé Arte

Tags:

1 commentaire

Répondre